QUOI DE NEUF SUR PUBSOCIALE ?

La facilité à décoder le message publicitaire: survol des constats provenant de différentes études

Au cours de mon survol constant des publications scientifiques, certains articles se démarquent parfois au point où je crois utile d’en publiciser l’existence. C’est le cas d’une récente analyse (Okuhara, Ishikawa, Okada, Kato, & Kiuchi, 2017) où les auteurs livrent les constats de publications scientifiques qui démontrent l’importance d’ajuster nos communications en santé aux compétences des publics visés. Les chercheurs sont partis du postulat que l’aisance avec laquelle un public décode l’information qu’on lui présente déterminera la confiance et l’intérêt qu’il y accordera. Ils constatent que, pour plusieurs, la facilité à décoder les messages de publicités sociales est un indicateur de l’effort exigé. Et que la perception de l’effort à fournir est un déterminant de l’intention d’agir comme le suggère la publicité.


On en parle ici.

La transformation du public cible à l’ère de l'Internet

Alors qu’autrefois la communication pouvait être ciblée, circonscrite à la cible, limitée à une sous-population, un lieu géographique ou un cercle restreint de personnes, l’arrivée d’internet est venue tout bouleverser. Peu importe si elle a été élaborée pour l’imprimé, la radio, la télé ou autre, en un clic, toute campagne peut être propulsée sur Twitter, YouTube ou Facebook. Elle est ensuite présentée à un public beaucoup plus large que celui qui était visé par ses promoteurs. Les parents, les amis, les proches, les collègues, les voisins et les médias en général sont rapidement exposés à un message qui était parfois ciselé pour un public limité. 

Ce qui provoque parfois un dérapage.


Dans ce nouveau billet de pubsociale.com publié dans le segment consacré à l’étude de campagnes véritables, nous discutons de 3 campagnes véritables qui ont été décriées dans les médias par un public différent du public ciblé. Et nous suggérons une leçon à en tirer.

Le marketing me saoule: regard critique sur l’effet publicitaire des boissons énergisantes

L’article présenté ici aborde l’efficacité du marketing de boissons énergisantes, des produits tels que Red Bull, Monster, Hell, Hype, etc. Bien entendu, l’effet problématique discuté n’est pas sciemment visé par les promoteurs. Mais c’est un effet secondaire réel et observé dans le comportement des consommateurs qui combinent l’alcool et ces produits. Un effet ne reposant ni sur la biologie, ni sur la pharmacologie. Un effet pouvant être lié aux activités de marketing entourant ces boissons.

Les campagnes sociales: soulager ou nuire à la santé des personnes ?

Dans ce nouvel article diffusé sur pubsociale, nous présentons les travaux d’une chercheuse qui s’est intéressée aux campagnes ciblant les personnes dépressives. Même si elle sont conçues pour aider, certaines de ces campagnes pourraient nuire à la santé ou même favoriser le suicide. La publication dont nous traitons considère la situation sous l’angle du cadrage thématique adopté (orienté vers les gains ou les pertes) et souligne qu’il faut adapter les communications pour tenir compte de l’état d’esprit particulier des dépressifs.

Comprendre les causes de l’échec d’une campagne

Une fois la déception passée, il faut comprendre les causes impliquées dans l’échec d’une campagne. Histoire de ne pas répéter la catastrophe. Pour vous aider, je vous propose ce tableau énumérant les différents facteurs susceptibles d’expliquer une évaluation post-campagne négative. Cet aide-mémoire, conçu particulièrement pour la situation de campagnes sociales (une situation un peu différente de celle des campagnes commerciales de publicité), facilitera l’identification des problèmes.

Une personne intelligente n’a pas besoin de prétester ...

L’affirmation sans appel qui coiffe cette page restera à jamais gravée dans mes souvenirs de praticien-chercheur en communication. Malgré les années, ce commentaire d’un cadre, responsable de campagnes de publicité sociales dans une institution québécoise de grande envergure, a changé ma vision de la production publicitaire – et celle des cadres supérieurs. Cette affirmation sans appel a fait en sorte que la proposition publicitaire sous étude n’a finalement pas été prétestée avant la diffusion de la campagne, puisque les résultats étaient « évidents » pour le grand patron.


En parcourant l’article publié par Kong et ses collègues (2016), dans la revue scientifique Addictive Behaviors, j’ai repensé à cette situation. J’en discute ici ...

Le jingle: outil sous-utilisé en publicité sociale ?

La ritournelle qui ne vous lâche plus. La signature musicale que vous associez automatiquement à une marque ou à une cause. La mélodie publicitaire dont les enfants connaissent les paroles par coeur. C’est le jingle.


En 2015, dans le International Journal of Advertising, Taylor a publié un article aux accents prophétiques annonçant son retour. L’époque actuelle offre, selon l’auteur, un terrain propice à cet instrument publicitaire.


Sur cette nouvelle page de Pubsociale.com, nous abordons l’article de Taylor et la place du jingle en publicité sociale.

Les modèles théoriques de la communication persuasive

Le message est souvent répété : en utilisant un ciblage précis des populations à rejoindre et une stratégie fondée sur des bases théoriques reconnues, les résultats des campagne s’améliorent beaucoup.

Mais comment faire ? Voici notre nouvelle section sur Pubsociale: les modèles théoriques. Sous forme schématique et résumée, on y présente les grandes lignes des principaux modèles. Une section qui continuera à grandir mais qui, pour le moment, recense les modèles souvent mentionnés dans les publications consacrées aux publicités sociales.


Ce que les publicitaires pourraient apprendre des sdf ?

La principale conclusion de l’article discuté ici est qu’il est possible et nécessaire de modifier l’image des itinérants : « the importance of humanizing the homeless in the eyes of their fellow citizens in a more effective manner» (Boster et al., 2016, p. 1303). Et l’hypothèse de Friske offre une piste théorique permettant d’œuvrer en ce sens. Dans un premier volet, le document publié en 2016 offre donc une réflexion utile à ceux qui souhaitent changer des stéréotypes en utilisant la publicité sociale.


Mais cette réflexion est aussi liée à une analyse de l’utilisation de cartons par les sdf, qui utilisent cette stratégie pour solliciter les passants. Des données intéressantes, liées à une analyse qui pourrait éclairer le travail de publicitaires ou des promoteurs de campagnes ...

Tirer leçon de l’échec de Stonersloth, la campagne australienne anti-marijuana

Un bon scénario au départ. Une stratégie fondée sur des principes qui ont déjà prouvé leur efficacité quand on fait des campagnes destinées aux jeunes. Mais un échec cuisant, des réactions hilares, un message devenu viral avec lequel les jeunes internautes se bidonnent.

Que s’est-il passé ? Quelles leçons peut-on en tirer ?


Nous discutons de ce cas remarquable ici sur Pubsociale.


Les propos exprimés n'engagent que l' auteur.  Ils ne représentent pas l'opinion des personnes et organisations mentionnées         © Claude Giroux 2017